Quelle est la particularité du riz sauvage ?

Aujourd’hui, les assiettes accueillent volontiers les produits du monde. De plus, des études mettent en exergue les vertus de certains fruits, légumes et céréales des quatre coins du globe. C’est dans cette atmosphère de mondialisation de la gastronomie que le riz sauvage s’est invité aux tables des foyers et des restaurants. Mais qu’est-ce donc que cette plante qui convainc de plus en plus ?

Qu’est-ce que le riz sauvage ?

La première chose à savoir sur le riz sauvage est qu’il ne tire son nom que de sa forme. Lorsqu’on dit que riz sauvage (zizanie des marais ou Zizania palustris), on parle de cette graine noire allongée qui peut faire penser à du riz. Il est en réalité une graminée issue d’une plante herbacée de la famille des Poaceae originaire de l’Amérique du Nord. Si elle est désormais cultivée de manière « encadrée », les amérindiens, comme les Cheyennes, le récoltaient à même les marais où il poussait, comme son nom l’indique. À noter que même si les techniques se sont modernisées, sa culture demande beaucoup d’eau.

Une fois récolté, vous pourrez rencontrer le riz sauvage dans les rayons des supermarchés, dans les épiceries fines et dans les boutiques bio. Mais que vous ayez acheté les granulées conditionnées ou en vrac, pensez à sa conservation. En l’entreposant dans un contenant hermétique dans un endroit à l’abri de la lumière et de l’humidité, vous pourrez le garder jusqu’à un an sans l’altérer.

Quelles sont les vertus du riz sauvage ?

Le riz sauvage est de plus en plus plébiscité au vu de ses nombreuses vertus. En consommer permettrait, par exemple, d’aider à la perte de poids ; ou plus précisément, à ne pas en gagner grâce aux éléments nutritifs et fibres qui le composent. De plus, lesdites fibres aident à la digestion et éliminent le mauvais cholestérol. Le riz sauvage renforce également les os en leur apportant une quantité conséquente de phosphore et de zinc. La vitamine C qu’elle contient boostera le système immunitaire et protégera le cœur. Ses antioxydants, quant à eux, préviendront les maladies chroniques et le vieillissement.

Une autre de ses particularités est qu’il est sans gluten. Aussi, il peut être consommé par tous.

Comment cuisine-t-on le riz sauvage ?

Le riz sauvage a une saveur caractéristique qui s’apparente à celle de la noisette. Étant relativement ferme, il est nécessaire de la cuire dans une grande quantité d’eau. À titre d’exemple, pour une mesure de riz, il vous faudra, au minimum, quatre fois plus de liquide.

Et si vous voulez rehausser son goût atypique, rincez les granulées avant la cuisson. N’hésitez pas à les mélanger à d’autres types de riz pour profiter de sa texture et de ses bienfaits sur la santé.

Ce sera ensuite à vous de voir comment le cuisiner : en accompagnement, en farce, cuit sur le feu, au four, nature ou parfumé.

Alimentation : quelle différence entre bio et équitable ?
Epicerie fine : est-ce un gage de qualité ?