Quelles sont les règles pour bien associer un vin à un plat ?

Vous avez un repas familial qui approche ? Pour ce grand moment de partage et avec le met prestigieux qui sera servi sur la table, il vous faut trouver le bon vin allant avec. Concernant la toute première règle, notez qu’il n’y a pas de vérité absolue dans l’accord entre le plat et le vin, mais il y a notamment de nombreuses options à envisager qui vont dépendre de certains points.

Comment favoriser l’interaction entre le vin et les aliments ?

Tous les plats possèdent leur personnalité, dans le sens où cela est composé de plusieurs arômes et ingrédients qui vont entrer en interaction afin de créer un ensemble bien délicieux. C’est pareil avec les vins qui ont eux aussi leur personnalité. Quand le vin est combiné à la nourriture dans la bouche, des interactions vont se multiplier et le résultat sera spécifique quand vous combinez les deux. Analysez après ces éléments à associer : le plat et le vin. L’excellence de ces deux éléments ne va pas suffire à garantir un beau mariage harmonieux. Il est conseillé de rechercher une complémentarité entre ces deux.

Comment savoir la complémentarité ou l’opposition ?

Une autre manière d’aborder le principe des accords vins et mets est celle qui mettra en avant les deux principes à prendre en compte : le principe de la complémentarité et le mariage de contraires. Cette complémentarité peut engager à choisir le vin se mariant parfaitement avec le plat. Donc, l’opposition veut réunir apparemment un plat et un vin en désaccord gustatif. Vous utilisez le principe de complémentarité, probablement, sans le savoir, en optant pour du vin léger pour le plat léger, le vin moyen pour le plat riche et le vin corsé pour le plat plus capiteux. Mais avec n’importe quelle primauté que vous vous donnez à la créativité et à l’imagination, il n’est pas nécessaire pour autant de réinventer la roue à tous les repas.

Quels sont les autres facteurs à considérer ?

Pour un plat épicé, il faut un vin. Quand un plat est assez épicé, le sucre de votre vin se fondra derrière les épices de manière réciproque, ainsi, ne va demeurer que le côté épicé et la partie non piquante du plat ainsi que le fruit du vin, ce qui constituera parfois un meilleur accord. Un typique exemple est un poulet au curry avec du vin demi-sec. Les vins rouges ne sont pas assez à l’aise sur ce genre de plats sauf quelques vins très capiteux et très riches.

Comment notre alimentation peut-jouer sur notre peau ?
Pourquoi la gastronomie française est reconnue par l’Unesco ?